Apprendre les languesBénévolatEnfantsLittératureTraduction

Faire découvrir l’italien aux enfants

Semaine des langues vivantes, atelier de découverte de l'italien à l'école

Vendredi dernier, dans le cadre de la Semaine des langues vivantes, j’ai animé un atelier de découverte de l’italien dans une école primaire lyonnaise, intervenant auprès de quatre classes de CE1 dans l’école de ma fille. Cette expérience m’a beaucoup plu !

J’étais déjà intervenue l’année dernière dans la même école, dans la classe de CP de ma fille, pour parler des fêtes traditionnelles italiennes. Cela avait été un vrai succès : les enfants, très attentifs, m’avaient posé beaucoup de questions et avaient été étonnés d’apprendre qu’en Italie il n’y a pas les mêmes vacances qu’en France et que les gâteaux traditionnels ne sont pas toujours les mêmes.

Cette année, j’ai voulu placer la barre un peu plus haut en préparant une intervention de nature exclusivement linguistique, pour éviter de me répéter mais surtout par cohérence avec le but de la Semaine des langues vivantes, laquelle « a pour vocation de mettre en lumière les langues et la diversité linguistique dans les écoles et les établissements ». Très belle initiative qui est à sa deuxième édition et qui mérite de se développer !

Le thème de mon intervention était donc la découverte de l’italien. J’avais préparé des activités variées (des explications linguistiques, une lecture, une vidéo musicale…) tout en donnant beaucoup de place à l’interaction entre les enfants et moi.

 

Tout d’abord, le volet linguistique…

J’ai commencé par me présenter aux élèves en expliquant que j’allais leur parler de ma langue maternelle, l’italien. Mais qu’est-ce qu’une « langue maternelle » ? leur ai-je demandé. Toutes les réponses ont été pertinentes : « la langue qu’on parle depuis qu’on est petit », « la langue du pays où on habite », « la langue qu’on utilise tous les jours », « la langue de ses parents »… J’ai donc expliqué que la notion de « langue maternelle » regroupe tous ces éléments, auxquels il convient d’ajouter le fait d’avoir été scolarisé dans cette langue, car sans l’école on risque de ne pas maîtriser la lecture et l’écriture. Il est possible de dire que notre langue maternelle est celle dans laquelle nous sommes le plus à l’aise, celle que nous connaissons le mieux.

Ensuite, pour introduire l’idée de la relation entre le français et l’italien, j’ai montré le drapeau italien : très semblable au drapeau français, il en diffère quand même un peu car la bande bleue est remplacée par une bande verte. De la même manière, la langue française et la langue italienne se ressemblent beaucoup, car elles sont toutes les deux issues du latin. Les enfants ont saisi très facilement cette idée.

D’ailleurs, nous avons observé cette proximité en examinant des mots courants, et particulièrement leur orthographe (car la prononciation des mêmes lettres peut différer) : ciel/cielo, pain/pane, cheval/cavallo. En revanche, les deux langues se différencient par beaucoup de petits détails, comme dans le genre de certains mots qui par ailleurs se ressemblent beaucoup sur le plan morphologique : « la fleur » en italien devient masculin : « il fiore » ; « le tigre » devient féminin : « la tigre ». Par ailleurs, il est de mots qui ne se ressemblent pas du tout, tout en voulant dire la même chose : boîte/scatola. Tout cela est très étonnant pour des enfants francophones !

 

… ensuite, de la littérature…

A sbagliare le storie Gianni Rodari, découverte de l'italienAprès ce bref volet linguistique, j’ai proposé aux enfants de découvrir une histoire de l'(incontournable) écrivain italien Gianni Rodari. Dans cette histoire (connue en français sous les titres « Conte défait, ou il n’y a plus de grands-pères » et aussi « Quel cafouillage ! »), un grand-père raconte à sa petite fille une version toute chamboulée de l’histoire du Petit Chaperon Rouge : « Il était une fois – dit-il – une petite fille qui s’appelait le Petit Chaperon jaune… », « la petite fille s’en alla dans le bois et rencontra une girafe… », etc. Mais à chaque fois, la petite fille corrige son papy : en réalité, l’héroïne s’appelle Petit Chaperon Rouge, elle rencontre un loup, etc.

Dans un premier temps, j’ai lu l’histoire en traduction française. Puis j’ai montré aux enfants comment on dit en italien les mots qui avaient été changés : rouge/rosso, loup/lupo, grand-mère/nonna, etc. Enfin, j’ai relu l’histoire en italien en utilisant un grand album magnifiquement illustré par Alessando Sanna, et les enfants ont joué le rôle de la petite fille et m’ont corrigée en prononçant en italien les mots en question. Ils n’ont eu aucun mal à comprendre l’histoire et à jouer le jeu.

 

… puis on chante ensemble…

Ensuite j’ai proposé un moment musical très drôle : j’ai parlé aux élèves d’une chanson italienne pour enfants sortie à l’époque où j’étais petite. Cette chanson parle d’un petit garçon qui accompagne son papa au cinéma, à un mariage et à un match de foot, et à chaque fois, au moment clé de l’événement, il a envie de faire pipi ! D’où le titre de la chanson « Mi scappa la pipì », c’est-à-dire « J’ai envie de faire pipi ». Les enfants ont vite appris le refrain en italien, et nous avons chanté tous ensemble en regardant la vidéo : ils ont adoré ! 😉

 

… et en conclusion, on remercie les traducteurs !

Pour conclure cette découverte de l’italien, j’ai expliqué aux élèves le rôle des traducteurs ; c’est notamment grâce à eux que les enfants français ont pu connaître des personnages très populaires comme Geronimo Stilton. D’ailleurs, peu de personnes savent que ce personnage est né de la plume d’une écrivaine italienne ! Et vous, vous le saviez ?

4 réflexions au sujet de « Faire découvrir l’italien aux enfants »

  1. Bravissima, Agnese, è un lavoro prezioso quello che fai gettando ponti fra le due culture a cominciare dai più piccoli. Complimenti!
    Un grand bravo, Agnese, c’est un travail précieux que tu fais en jetant des ponts entre les deux cultures et cela à commencer du jeune public. Chapeau!

  2. J’aurais adoré assister à ce cours ! Tu as su trouver plein d’idées pour susciter l’intérêt chez des petits bouts, bravo. En ce qui concerne le lien entre langue maternelle et langue de scolarisation, je n’y avais pas pensé. En France, la formation pour donner des cours de français à des élèves allophones s’appelle le français langue étrangère (FLE) mais elle de distingue du français langue de scolarisation (FLE-SCO) qui vise à aider en particulier les enfants scolarisés à appréhender et maîtriser le langage de l’école (qui n’est pas exactement celui de la vie de tous les jours).

  3. Complimenti Agnese per il contenuto della tua lezione; esigente e ludica allo stesso tempo, una sinergia perfetta per imparare! é davvero importante quello che trasmetti sulle diverse lingue e culture! Brava!
    Félicitations Agnese pour le contenu de ton cours, exigeant et ludique à la fois! Une synergie parfaite pour apprendre! Ce que tu transmets concernant les langues et les différentes cultures est très important.. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *