BénévolatLittératureVie de traductrice

Mon année 2016, entre traduction, lecture, écriture et bénévolat

Bilan de mon année 2016 en tant que traductrice professionnelle : mes projets réalisés, mes réseaux professionnels, mes traductions bénévoles, mes lectures...

 

L’année 2016 qui vient de se terminer a été une année particulière à plusieurs égards. Tout d’abord, c’est l’année qui a fait suite à mon congé de maternité. Elle a démarré en douceur, ce qui m’arrangeait bien au début car j’avais encore bien envie de profiter au maximum de mon petit. Mais les commandes sont restées espacées jusqu’à ce que l’été arrive et la stagnation d’activité avec. À la rentrée, j’ai commencé à me poser des questions : faisais-je assez de prospection ? Mes tarifs étaient-ils trop élevés face à ceux de mes nombreux concurrents ? Mais surtout, le métier de traductrice professionnelle (et spécifiquement dans ma paire de langues) est-il viable ?

J’ai fait le tour des options qui s’offraient à moi pour atteindre plus de stabilité et de sécurité financière : par exemple, acquérir de nouvelles compétences pour diversifier mon offre, ou même devenir salariée dans le domaine de l’enseignement.

Mais j’ai fini par me dire qu’il était trop tôt pour baisser les bras après seulement trois ans depuis le début de mon activité en auto-entreprise, d’autant plus que cette période avait été coupée par mon congé de maternité. Je me suis donc donné encore un an de temps, soit jusqu’à la rentrée 2017.

Et j’ai bien fait, car les derniers mois de 2016 ont été fructueux ! D’une part, j’ai entamé une collaboration avec une nouvelle agence qui me propose des projets intéressants et une rémunération équitable. D’autre part, j’ai commencé à m’intéresser à la question du référencement (SEO) suite à une mission de recherche de mots clés pour un client direct ; cela a ouvert de nouvelles perspectives de développement, à la fois pour améliorer la visibilité de mon propre site et pour diversifier mon offre.

Je me suis surtout rendu compte que j’aime trop ce métier pour le quitter. Non seulement j’aime la pratique de la traduction en soi, mais aussi le statut de travailleur indépendant et tout ce qui va avec : la gestion des affaires, la découverte de nouveaux projets, la relation avec les clients… J’ai la chance de pratiquer un métier que j’aime : cela serait vraiment dommage de l’abandonner !

Projets réalisés

Dans l’année 2016, j’ai traduit ou relu les documents, actes juridiques, sites web, supports de communication, de :

  • cabinets d’avocats,
  • cabinets de recruteurs,
  • sociétés d’assurance,
  • agences de communication,
  • entreprises diverses.

2016 a aussi été l’année où j’ai démarré mes premiers ateliers d’écriture créative en italien pour enfants, les «Inventastorie».

Réseaux associatifs

En janvier 2016, j’avais décidé de devenir membre de ProZ ; après trois ans d’inscription gratuite, j’avais envie de découvrir si l’adhésion payante pouvait m’aider à trouver de nouveaux clients. Or, cela n’a pas été le cas. Du côté des appels d’offres, en tant que membre payant j’ai pu répondre de façon prioritaire vis-à-vis des inscrits non payants, mais seule une de mes offres a été acceptée. D’ailleurs, j’ai reçu pas mal de messages de contact de la part d’agences ou de clients directs qui m’avaient repérée sur l’annuaire de ProZ, mais ces messages se sont avérés infructueux, car ces prospects n’ont pas donné suite à mes réponses.

Étant plutôt déçue, fin 2016 j’ai souhaité investir mon argent dans une structure plus sérieuse et ai donc décidé de rejoindre la SFT, le premier syndicat de traducteurs français. Je suis très fière d’avoir été acceptée ! Je vois cette adhésion comme la confirmation de mon engagement vis-à-vis de ma profession et de son code de déontologie. Ensuite, je pense que l’appartenance à ce réseau apportera un grand enrichissement à ma vie professionnelle grâce aux rencontres avec les collègues, aux formations…

Bénévolat

Dans le cadre de mon engagement contre la peine de prison à perpétuité en Italie (cf. le blog Les hommes d’ombre que j’ai créé en janvier 2013), j’ai participé en tant que traductrice à la réalisation d’une enquête sur la prison à perpétuité en Italie pour l’organisation française Prison Insider. Notamment, j’ai traduit la vidéo interview de Carmelo Musumeci, écrivain, détenu à perpétuité ; j’ai aussi réalisé et traduit la vidéo interview du président de l’association italienne Antigone, et j’ai recueilli et traduit d’autres propos de celui-ci.

Par ailleurs, dans un contexte très différent, je suis intervenue dans une classe CP d’une école de mon quartier pour présenter de façon ludique l’Italie et les fêtes traditionnelles italiennes. Les enfants étaient intéressés et attentifs, et ils m’ont posé beaucoup de questions. Cela a été un grand succès ! À refaire !

Lectures

J’ai beaucoup lu en 2016, en profitant de mes nombreuses séances d’allaitement (en effet, j’ai allaité mon garçon jusqu’à ses 15 mois !) Parmi tous les romans que j’ai lus, j’évoquerai Guerre et paix.

J’ai dévoré ce roman : l’écriture était magnifique, les personnages complexes, vivants, humains. Il a aussi une particularité, celle de comprendre de très nombreux passages en langue française. Comme j’ai lu ce roman en traduction italienne, la présence de ces passages était particulièrement frappante. Il s’agissait des dialogues entre les personnages issus de la haute société russe. Ceux-ci étaient pratiquement bilingues, ayant fait leurs études en français depuis leur plus tendre enfance, à tel point que certains d’entre eux affirmaient avoir beaucoup de mal à élaborer des raisonnements complexes en russe, tellement la capacité d’abstraction était liée à la langue française chez eux. C’est un cas de diglossie que décrit Tolstoï, c’est-à-dire, une situation de bilinguisme où chaque langue remplit des fonctions sociales différentes : un élément qui contribue à la richesse de cet immense roman.

Mes projets pour 2017

Les voici :

  • élargir mon offre d’activités linguistiques ludiques en italien en proposant des ateliers de jeux linguistiques pour enfants de 3 à 5 ans et des ateliers d’écriture créative en italien pour adultes ;
  • développer mes compétences en ce qui concerne la PAO et la création de sites web ;
  • optimiser ma présence sur le web en proposant de nouveaux contenus de qualité sur mon site.

Et vous, avez-vous envie de partager votre bilan professionnel ? Quels sont vos projets pour la nouvelle année ?

4 réflexions au sujet de « Mon année 2016, entre traduction, lecture, écriture et bénévolat »

  1. Quel beau bilan ! Je suis très touchée par ton engagement bénévole qui permet de mener une vraie réflexion sur le thème des peines de prison au lieu de rester campé sur des généralités. Tes lectures aussi me parlent, moi qui suis passionnée de littérature russe classique, en particulier Dostoïevsky. Cela me replonge dans mes lectures – passions…
    Merci pour ton partage !

  2. Merci Nadège ! Quelle que soit notre opinion au sujet de la prison, je pense qu’il est important de prendre connaissance du point de vue de toutes les personnes concernées, d’où mon investissement pour faire connaître la voix de ceux qui sont en prison.

  3. Témoignage très intéressant ! Et merci de m’avoir fait découvrir d’une part le concept de diglossie et d’autre part son utilisation dans Guerre et Paix !

  4. Merci de m’avoir lue ! En effet, c’est assez rare de tomber sur des œuvres de fiction (littérature, cinéma…) qui reproduisent des interactions plurilingues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *